Vous êtes ici

Tous les articles

La première chose qui me frappe dans le métro à Paris, c’est le silence.  Bien qu’il y ait toujours beaucoup de gens dans le métro, personne ne parle.  De temps en temps, on entend un « pardon » de quelqu’un qui essaie de quitter le train.  On voit des groupes de deux ou trois amis qui parlent à voix basse entre eux.  Quelquefois, les touristes parlent d’une voix forte. Plusieurs fois, j’ai vu de grands groupes de jeunes qui riaient et bavardaient.  Cependant, la norme est le silence. 

À mon avis, la vie est toujours mieux avec de la musique. Alors quelle bonne surprise pour moi de me rendre compte qu’on peut trouver de la musique partout dans Paris ! On peut l’entendre quand on marche dans les rues, dans les stations de métro, ou même pendant qu’on prend le métro. Alors, voilà un petit récit des musiciens que j’ai rencontré pendant le premier mois de mon séjour à Paris.

Je ne suis pas doué pour faire des rencontres avec les gens. Je pensais que ce serait peut-être différent en France. Tout au contraire c’est beaucoup plus difficile. Dans une langue différente, dans un pays étranger, je ne me suis pas encore fait d’amis et ça me déplaît. Je n’ai pas honte de le dire. En France, je me sens comme dans un rêve. Donc rien ne compte vraiment. Alors je dois décider maintenant si je vais me réveiller de ce rêve avec ou sans copains français.

Julian, Vanessa, Jania et Andrea,

Je voulais vous remercier pour votre présence et pour avoir encouragé mon équipe durant cette rencontre.

Cette finale contre Harnes était très importante pour moi et ce fut un plaisir de l’avoir partagée avec vous.

Nous avons gagné et remporté le titre de Champion de France de N1.

Merci encore!!

Anna,

joueuse du CSM Clamart et assistante à EDUCO.

Les macarons sont des bonbons à base de meringue mélangés à des œufs, de la farine d’amande, du sucre, et garnis d’une ganache.  La recette originale, qui est simple, a été créée en Italie en 1533, par le chef des Médicis, et a depuis évolué pour devenir un régal « double-decker », apprécié partout dans le monde. C’est sans doute l’une des pâtisseries les plus populaires en France. Il y a deux boutiques de macarons célèbres à Paris : Ladurée qui est la plus ancienne et Pierre Hermé.

Le mois de décembre a toujours été un de mes moments préférés de l’année.  J’adore la musique dans l’air, les odeurs de biscuits de pain d’épice et de cidre de pomme, les décorations et les illuminations de Noël qui ornent les façades des magasins et des maisons. Cependant, je n’ai jamais réalisé combien les vacances d’hiver sont importants en Europe, et je les aime!

Il y a trois endroits que j’ai souvent fréquentés pendant mon séjour à Paris…

En venant à Paris pour le semestre, j’appréhendais beaucoup la nourriture française.  Je suis intolérante au gluten, ce qui veut dire que je ne peux pas manger les baguettes, les macarons, les pains au chocolat… bref toutes les bonnes choses où la France excelle.  Est-ce que ça allait affecter mon expérience ? Je pensais que oui, mais ce n’était pas tout à fait le cas ! J’avais oublié que Paris, était quand même une ville très touristique qui peut accueillir des personnes aux restrictions alimentaires. 

Maintenant, j’ai deux musées préférés à Paris : Le Centre Pompidou (qui les Parisiens appellent simplement Beaubourg) et le Musée d’Orsay. J’adore le Musée d’Orsay parce qu’on peut trouver encore l’histoire de l’ancien gare là. Il reste l’horloge gigantesque et tous les tableaux sont organisés d’une manière très logique (pas comme au Louvre où on est vraiment inondé par les tableaux et les sculptures).  Il y a aussi un partie du sol transparent où on peut regarder le quartier autour du musée en haut. C’est vraiment intéressant.

À Paris, il me semble qu’il y a au moins une crêperie dans chaque coin de rue. Les crêperies sont aussi courantes que les Starbucks à New York. Je n’ai donc pas goûté à toutes les crêpes de Paris, mais je peux donner mon opinion car je me suis rendue dans plusieurs crêperies.

D’où vient la crêpe ?

J’ai fait un stage dans une pâtisserie ce semestre, mais je n’ai pas préparé de desserts français. Dans cette pâtisserie, on fait des « cupcakes », des « cake pops », et des « cookies ». Oui, il y a quelques produits français, mais les desserts ressemblent à ceux de Brooklyn plutôt que de Paris. Cela confirme que les jeunes français sont attirés par des choses venant de New York. Je trouve ce phénomène amusant parce que beaucoup d’américains sont obsédés avec tout ce qui est parisien.