Avant la mise à l’arrêt du monde entier, il y avait une époque où les gens se rassemblaient dans les très grandes foules, sans aucun respect pour l’espace personnel. Le meilleur endroit pour cela ? Le métro, bien sûr. Mais ne vous méprenez pas, dans cette période bizarre de confinement et d’isolation, je repense très affectueusement à mon temps dans le métro. Je vais partager mes meilleures histoires de métro pour votre divertissement et pour vous rappeler que même les interactions les plus étranges et imprévues étaient, au fond, géniales. 

Tout a commencé quand nous sommes arrivés en France en pleine grève des transports. Quand le métro a finalement ré-ouvert, il était plein à craquer. Je me souviens avoir regardé fixement le métro de la ligne 11 s’arrêter devant moi, si plein de monde que je ne pouvais pas y voir les individus. Je ne pouvais voir que la condensation sur les fenêtres et les parties du corps qui s’y appuyaient. Il fallait quasiment se jeter dans la voiture pour s’intégrer. C’est tellement ironique, dans le contexte de la pandémie d’aujourd’hui, de repenser à ce moment-là, quand mon nez était littéralement appuyé sur le bras d’un autre dans le métro. 

Après les... lire la suite.

Cela fait presque deux mois que je suis rentrée aux États-Unis. Alors, évidemment je suis entourée d’anglais ; je parle anglais tout le temps avec ma famille et j’entends cette langue à la radio, à la télévision, au supermarché, etc… Honnêtement, je trouve que c’est un peu difficile de continuer à améliorer mon français pendant ce confinement, mais j’essaye d’avancer malgré tout.  Alors, comment est-ce que je pratique le français chez moi ? 

    D’abord, il faut avouer que je n’aime pas trop regarder les séries, ni les films.  Je n’aime même pas les regarder en anglais (je sais, c’est un peu... lire la suite

J’ai entendu un grand bruit et tout à coup, j’ai vu un petit feu et quelque chose  a explosé à côté de moi. J’ai crié et sursauté. Mais la foule a continué comme si de rien n'était. La foule était composée de petits enfants avec leurs parents, d’adolescents et de retraités. Chaque personne était là pour une raison différente, mais tous avec un but commun : le changement.

Le 5 décembre, il y a eu  la grève des transports la plus importante depuis 1995. On évalue qu’il y a eu entre 800 000 et 1,5 millions de personnes qui ont... lire la suite

Il y a quelque chose de très intéressant à dire sur le bus de nuit – le Noctilien. C’est un moment, un lieu où tous les hommes, les femmes se réunissent à la fin de leurs journées. Une façon de retourner au familier après une nuit blanche dans les rues vivantes de Paris. Une façon d’avoir un peu de silence et de solitude collective bien mérités... lire la suite

S’installer à Paris peut être une expérience intimidante ; en seulement cinq mois, nous devons nous familiariser avec la ville tout en y faisant nos études. Cela peut vite devenir oppressant, surtout si l’on vient comme moi d’une petite ville de la Nouvelle-Orléans. C’est pourquoi j’ai décidé de créer un guide en cinq étapes pour conquérir la grande ville qu’est Paris. lire la suite

Lors de mon arrivée à Paris, je me suis retrouvée dans le 13e arrondissement, au cœur du quartier chinois. Depuis, j’ai du mal à comprendre ce qui constitue exactement mon identité culturelle.

Aux États-Unis, j’ai constaté qu’une grande partie de mon identité culturelle était influencée par mon environnement ; lorsque je suis à Cornell et lorsque je suis chez moi en Californie, je suis complètement différente. Mes valeurs, mes intérêts, ma personnalité, tout change en fonction de l’environnement dans lequel je me trouve. C’est pourquoi je pense que mon identité culturelle peut être comparée à un stylo quatre couleurs ; je suis un mélange d’identités et parfois mes identités s’affrontent (comme quand j’essaie de dessiner avec deux couleurs en même temps, mais que je finis par bloquer le stylo). lire la suite